En sécurité avec mon brigadier

PRINTEMPS 2015 | Classé dans : LA VILLE INFORME | 0
Richard Tremblay aide les enfants à traverser la rue en toute sécurité, beau temps, mauvais temps !
Richard Tremblay aide les enfants à traverser la rue en toute sécurité, beau temps, mauvais temps !

Assurer la protection des jeunes enfants lorsqu’ils traversent la rue fait partie du quotidien de Richard Tremblay depuis dix ans.

« Il faut être en fonction à l’entrée des classes le matin, avant le dîner jusqu’au retour vers 13 h, ainsi qu’à la fin des classes. Cet horaire entrecoupé m’a permis de m’occuper de mes trois enfants lorsqu’ils étaient jeunes et de m’impliquer bénévolement auprès d’associations sportives. J’ai été entraîneur au soccer, au hockey et pour des activités parascolaires pendant longtemps. Ce contact auprès des jeunes m’a tout naturellement mené à postuler en tant que brigadier pour la municipalité », raconte M. Tremblay.

Le rôle de brigadier est très gratifiant. J’ai l’impression d’être vraiment utile et de faire une différence pour la sécurité des enfants.
Richard Tremblay

Le travail de brigadier est bien normé par la Société de l’assurance automobile du Québec. Une formation d’une demi-journée est offerte lors de l’embauche par le Service de police. « Il faut voir venir les enfants et les regrouper avant le passage du carrefour. Arrêter la circulation en appelant le feu piétons, avancer sur la chaussée en tendant bien haut le panneau d’arrêt et se tenir au centre du carrefour, avant de faire signe aux écoliers de traverser. À la fin du feu piétons, je dois revenir sur le trottoir et gérer les prochains groupes d’élèves. Les écoliers peuvent être à trois intersections différentes et je communique avec eux presqu’uniquement par signes pour leur permettre d’avancer ou non. J’utilise le sifflet seulement au besoin afin de rappeler aux jeunes d’attendre mon signal avant de passer » explique M. Tremblay.

« Je travaille à l’intersection du boulevard Saint-Luc et de la rue Courville, près de l’école Providence, une artère très achalandée. Le plus difficile est de contenir les automobilistes impatients. J’ai déjà dû me mettre devant des véhicules qui tentaient d’avancer, pour bien leur signifier qu’ils ne passent pas », souligne M. Tremblay.

« Le rôle de brigadier est très gratifiant. Beaucoup de parents me disent « lâche pas Richard, tu fais une belle job ! ». J’échange des salutations avec des jeunes tous les jours, mais surtout, j’ai l’impression d’être vraiment utile et de faire une différence pour la sécurité des enfants ».




Partagez cet article!

Laissez un commentaire