L’eau du robinet : votre meilleur choix !

L’eau du robinet : votre meilleur choix !

PRINTEMPS 2020 | Classé dans : ENVIRONNEMENT | 0

À Saint-Jean-sur-Richelieu, nous avons la chance d’avoir une excellente eau potable provenant de l’aqueduc municipal, au meilleur coût pour les citoyens.

Meilleure eau municipale, prix choix du public 2019Une qualité plusieurs fois primée !

L’engagement soutenu de la municipalité à fournir une eau de qualité supérieure à la population est fréquemment souligné par diverses reconnaissances.

En 2014 et 2019, la Ville a reçu le prix Choix du public au classement de la meilleure eau municipale du Québec. De plus, ses services participent chaque année à deux programmes d’excellence en eau potable de Réseau Environnement.

En 2016 et 2017, les usines de filtration ont obtenu l’attestation trois étoiles de ce regroupement d’experts pour avoir atteint des critères deux fois supérieurs à ceux du Règlement sur la qualité de l’eau potable du gouvernement du Québec.

Écolo et économique

Saviez-vous que l’eau de l’aqueduc est 1 000 fois plus économique que l’eau embouteillée ?

Selon l’organisme Eau Secours, 40 % de l’eau embouteillée vendue par les compagnies provient du robinet et n’est testée de façon indépendante qu’une fois tous les 1 à 6 ans. Considérant que 700 millions/an de bouteilles en plastique sont enfouies et polluent nos sols, préférer l’eau non embouteillée est le meilleur choix écoresponsable qui s’impose.

Éviter le gaspillage de l’eau potable, préserver cette précieuse ressource en utilisant des produits ménagers écologiques et en ne jetant pas de substances nocives à l’égout sont d’autres exemples de bons comportements à adopter.

Des économies substantielles en découleront autant sur le plan collectif qu’individuel, en plus de protéger notre environnement.

Un processus rigoureux de contrôle de la qualité

L’eau que vous buvez est soumise à un contrôle quotidien très serré pour assurer sa qualité. Le processus est encadré par une règlementation provinciale très stricte et est assuré par :

  • 5 étapes de traitement permettant d’enrayer parasites, bactéries, pesticides et autres contaminants : tamisage, ozonation, décantation, filtration et désinfection ;
  • plus de 100 prélèvements d’eau par mois effectués sur le réseau et soumis à des analyses bactériologiques par un laboratoire indépendant ;
  • un programme d’entretien et de modernisation constant pour maintenir les équipements de traitement et de distribution de l’eau à un niveau optimal ;
  • la vérification de la concentration de chlore aux laboratoires des usines toutes les quatre heures et le mesurage du chlore résiduel dans 15 points situés sur le réseau d’aqueduc deux fois par semaine ;
  • la surveillance informatique en continu de l’efficacité des filières de traitement : pH, désinfection, température, pression, etc.

La production de l’eau potable comprend 400 km de conduites, deux usines et cinq réservoirs. Malgré toutes les précautions prises, une contamination peut parfois survenir à la suite de travaux d’aqueduc ou d’autres incidents. Ceci demeure des cas d’exception.

Comme en témoignent les bilans de la qualité de l’eau produits annuellement auprès du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, environ 5 avis d’ébullition sectoriels par année, s’étendant la plupart du temps à moins d’une vingtaine d’immeubles, ont été émis en cinq ans.

Retrouvez plus de contenus sur l’eau : sjsr.ca/eau-potable




Partagez cet article!