Travailler de nuit aux travaux publics

PRINTEMPS 2014 | Classé dans : ÇA SE FAIT COMMENT | 0
Les interventions de Gaston Beaulac et Pierre Millier permettent de minimiser les pertes en eau potable.
Les interventions de Gaston Beaulac et Pierre Millier permettent de minimiser les pertes en eau potable.

Si vous êtes un couche-tard ou debout à l’aurore, vous les avez peut-être déjà aperçus à bord d’un camion de la Ville, bien identifiables avec leur combinaison orange. Depuis 2012, deux em­ployés oeuvrent à temps régulier de nuit comme préposés aqueduc et égout. La majeure partie du travail de Pierre Millier et de Gaston Beaulac consiste à détecter les fuites d’eau, à faire l’entre­tien de plus de 7 000 vannes et de 2 700 bornes-fontaines, ainsi qu’à réparer les bris d’aqueduc.

LES YEUX ET LES OREILLES DU RÉSEAU

Une vingtaine de fuites ont ainsi été trouvées en 2013, simplement « en écoutant » les bornes-fontaines avec un aquaphone. « C’est un travail idéal à réaliser la nuit. Tout est calme et on entend mieux les fuites. On pose l’appareil, une sorte d’amplificateur de son, sur l’équipement et on écoute. Si le son est aussi fort qu’un robinet grand ouvert, la fuite est importante » explique Gaston. Les travaux de réparation peuvent alors être réalisés par les équipes de jour plus rapide­ment et de façon plus précise.

Lorsqu’un bris d’aqueduc majeur survient durant la nuit, les préposés sont vite sur place pour fermer les vannes d’eau, les déglacer si néces­saire et donner l’alerte pour une intervention d’urgence. Lors de fortes pluies, ils peuvent au besoin installer des pompes dans les regards et surveiller le niveau d’eau pour éviter les refoule­ments d’égout.

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT

L’entretien préventif des bornes-fontaines favo­rise également une meilleure intervention des services d’urgence. « Nous avons 450 bornes à drain fermé. L’hiver, lorsque la température des­cend sous 15 degrés Celsius, elles doivent être dégelées au moyen d’un appareil appelé « la bouillotte ». On fait entrer de l’eau très chaude dans la borne fontaine pour faire fondre la glace, ensuite de l’air est soufflé dans celle-ci pour éva­cuer l’eau et éviter qu’elle ne gèle à nouveau. On doit aussi faire le rinçage de 250 bornes-fon­taines situées en bout de réseau deux fois l’an et effectuer des tests d’eau », mentionne Pierre.

Bientôt, les préposés auront accès à un ordina­teur lors de leurs déplacements afin de faciliter la localisation des vannes et des équipements souterrains sur des cartes informatisées. Avec la croissance de la population et les besoins gran­dissants, leurs interventions permettent non seulement de maintenir le réseau d’aqueduc et d’égout municipal en santé, mais aussi de mini­miser grandement les pertes d’eau potable.

sonoreLE RÉSEAU PARLE !
Écoutez en ligne
le son d’une fuite d’importance sur le réseau d’aqueduc et celui d’une conduite d’aqueduc normale.




Partagez cet article!

Laissez un commentaire